Soutenir des projets commercialement viables à travers deux lignes de métier

Africa50 se concentre sur des projets d’infrastructure à moyenne et grande échelle qui ont un impact significatif sur le développement tout en offrant un rendement approprié aux investisseurs. Non seulement il investit dans des projets entièrement développés, mais il accélère également la fourniture d'infrastructures en soutenant le développement de projets à ses débuts. En regroupant le développement et le financement des projets dans une seule institution, Africa50 peut apporter son soutien à chaque étape du cycle du projet. Ses opérations sont réalisées au travers de deux métiers:

Le développement de projets

Africa50 Project Development a pour objectif principal d’augmenter le nombre de projets d’infrastructure «prêts à être mis en banque». En plus de fournir un financement aux premiers stades des projets, le personnel d’Africa50 contribue activement à l’élaboration des projets, en s’engageant auprès des parties prenantes tout au long du cycle des opérations, en mettant l’accent sur la mobilisation du soutien politique. Il surmonte les obstacles à la clôture financière des projets et atténue les risques par une structuration innovante et une évaluation financière. Outre le financement et les garanties, les activités du cycle de projet peuvent inclure des études de faisabilité, l'obtention de permis et l'approbation de l'acquisition de terrains et la négociation de contrats.

Africa50 Project Development prend généralement des participations minoritaires significatives de 2 à 10 millions de dollars dans des projets ou des plates-formes, jouant un rôle actif aux côtés du sponsor principal et s'associant avec d'autres développeurs lorsque cela est bénéfique. En mettant l'accent sur la flexibilité et la compréhension des réalités africaines, il équilibre la rentabilité et l'impact sur le développement, en visant un retour sur investissement modeste sur une base de portefeuille pour assurer la durabilité.

Financements de projets

Sourcing de projets à travers Africa50 Project Development et d'autres partenaires, Africa50 Project Finance engage les parties prenantes après la clôture financière. Suivant un modèle de private equity, il fournit principalement des fonds propres et des quasi-fonds avec des options de sortie flexibles, tout en accédant à une dette préférentielle de la part de la BAD et des IFD. Il prend généralement des participations minoritaires significatives de plus de 20 millions de dollars, en mettant l’accent sur la rentabilité et l’impact sur le développement, et joue un rôle actif quel que soit le type d’investissement. Les rendements sont différenciés en fonction du risque, de l'impact et de l'emplacement. Africa50 Project Finance peut également investir et parrainer des fonds du secteur privé pour mobiliser le capital des investisseurs institutionnels.

Projets en cours

Les principaux secteurs ciblés par Africa50 sont les transports et l’énergie, qui représentent près de 70% des besoins d’investissement prévus dans l’infrastructure d’ici à 2025, et ont un impact économique et transformateur significatif.

L’électricité comprend la production d’énergie renouvelable et conventionnelle, le transport et la distribution d’électricité, ainsi que l’infrastructure gazière en aval et en aval.

Les transports comprennent les routes, les aéroports, les ports et la logistique.

Les projets d’information et de communication, d’eau et d’assainissement, ainsi que d’autres sous-secteurs de l’infrastructure, sont éligibles au cas par cas.

Cliquez sur les rubriques du projet ci-dessous pour plus de détails sur le projet.

Nova Scotia Solar Plant in Nigeria

Développement d’une centrale solaire de 100 MW dans l’État du Jigawa au Nigeria, sur un site de 200 hectares qui est actuellement utilisé pour l’agriculture.

  • Rôle d’Africa50: Agir en tant que partenaire de développement du projet et bailleur de fonds à long terme. Faciliter les interactions avec les organismes publics et les prêteurs potentiels.
  • Partenaires: Africa50, Scatec Solar, Norfund
  • Points fondamentaux: La centrale bénéficie de ressources solaires fiables et d’un accès direct au réseau dans le cadre d’une Convention d’Achat d’Électricité sur 20 ans conclue avec Nigerian Bulk Electricity Trading. L’électricité sera évacuée par une ligne aérienne de transmission de 132 kV dédiée qui permettra de raccorder la centrale à la sous-centrale de Dutse située à 3,7 kilomètres du site du projet.
  • Impact en matière de développement: La centrale produira environ 200 GWh d’électricité par an, ce qui permettra d’augmenter la capacité de production de 2 %. Elle contribuerait à réduire le déficit énergétique du pays, que les utilisateurs tentent de combler par le biais de générateurs polluants et coûteux. Elle permettrait d’éviter l’émission d’environ 120 000 tonnes de CO2 par an et pourrait réduire la pollution davantage après un éventuel raccordement des ménages à cette nouvelle source d’électricité. Selon les prévisions, 200 à 300 emplois devraient être créées pendant la phase de construction et 10 à 15 emplois pendant l’exploitation.

Haut de la page

Benban Solar Plant in Egypt

Développement et construction de six centrales solaires produisant au total 400 MW dans le cadre du programme égyptien de tarif de subventionnement. Le coût total du projet s’élèvera à environ 450 millions USD. La clôture financière a été atteinte en octobre 2017 et les deux premières centrales ont été mise en exploitation en avril et mai 2019. Toutes les centrales devraient être mises en exploitation d’ici octobre 2019.

  • Rôle d’Africa50: Africa50 est à la fois partenaire de développement de projet et bailleur de fonds à long terme (25 %).
  • Partenaires: Africa50, Scatec Solar et Norfund. La dette senior est fournie par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque islamique de développement et la Société islamique pour le développement du secteur privé.
  • Points fondamentaux: Le site du parc solaire de Benban, avec ses 42 centrales, bénéficie d’un taux d’ensoleillement favorable et d’installations de raccordement financées dans le cadre d’une convention de partage des coûts. L’énergie est vendue à l’Egyptian Electricity Transmission Company dans le cadre d’une Convention d’Achat d’Électricité sur 25 ans, soutenue par le gouvernement égyptien. Les liens de Benban avec les infrastructures du barrage d’Aswan aideront à combiner les énergies hydraulique, éolienne et solaire.
  • Impact en matière de développement: Les centrales, qui favorisent la réforme et la diversification continues du secteur énergétique égyptien, produiront environ 900 GWh d’électricité par an, ce qui permettrait d’éviter l’émission de 350 000 tonnes de CO2 par an. Elles feront de l’Égypte un producteur d’énergie solaire majeur au niveau régional. Les six centrales d’Africa50 devraient créer environ 1 000 emplois au cours de la phase de construction.

Haut de la page

Malicounda Power Plant in Senegal

Une centrale thermique à cycle combiné de 120 MW située à Malicounda, à 85 kilomètres de Dakar. Au départ, elle sera exploitée au fioul, avant d’être convertie au gaz naturel lorsque celui-ci deviendra disponible dans les sites récemment découverts. L’électricité générée devrait être retransmise au réseau par le biais d’une sous-centrale de distribution existante.

  • Rôle d’Africa50: Africa50 a collaboré avec Senelec (l’opérateur national de distribution d’électricité) pour sélectionner un partenaire stratégique (Melec PowerGen). Le consortium de sponsors travaille actuellement sur l’obtention d’un financement par emprunt. La phase de construction devrait démarrer au cours de l’année 2019. 
  • Partenaires: Senelec et Melec PowerGen. La Banque africaine de développement est le chef de file de la transaction (Mandated Lead Arranger).
  • Points fondamentaux: La centrale vise à contribuer à l’augmentation de la production d’électricité au Sénégal. La conversion de la centrale vers une alimentation par le gaz devrait permettre de diminuer davantage les coûts et assurera une production énergétique plus propre. Une Convention d’Achat d’Électricité avantageuse sur 20 ans avec un tarif de rachat concurrentiel permettra d’attirer les investisseurs dans le cadre d’un modèle de développement BOOT (construction, possession, exploitation et transfert).
  • Impact en matière de développement: Le projet s’inscrit dans la stratégie du gouvernement sénégalais visant à augmenter la production d’énergie tout en réduisant le coût d’électricité pour le consommateur. Elle permettrait d’augmenter la capacité de production d’environ 17 % et de réduire les coûts d’environ 14 %, ce qui pourrait entraîner une baisse des tarifs de 3 à 7 %. En outre, la centrale aidera à satisfaire les charges de base, ce qui facilitera l’intégration de l’électricité renouvelable intermittente dans le réseau du pays. Environ 150 emplois devraient être créés au cours de la phase de construction.

Haut de la page

Nachtigal Hydropower Plant

Construction et exploitation d’une centrale hydroélectrique de 420 MW au Cameroun près des chutes de Nachtigal, à 65 kilomètres de Yaoundé, ainsi que d’une ligne de transmission de 50 kilomètres vers Nyom. Cette centrale sera achevée en 2023 et exploitée dans le cadre d’une concession de 35 ans.

  • Rôle d’Africa50: Africa50 a acquis 15 % des parts de la Nachtigal Hydro Power Company (NHPC) auprès du gouvernement du Cameroun.

  • Partenaires: L’actionnariat de NHPC est composé comme suit: EDF (40 %), SFI (20 %), République du Cameroun (15 %), Africa50 (15 %) et STOA (10%).
  • Points fondamentaux: Le projet se compose de barrages en béton compacté au rouleau, d’un canal d’amenée, d’une centrale électrique dotée de sept générateurs, d’une sous-centrale de production et d’une ligne de transmission. Le réservoir de 421 hectares contiendra 27,8 hectomètres cubes d’eau. Le coût total d’1,2 milliard d’euros sera financé par des fonds propres et un ensemble de prêts de banques commerciales et d’institutions de financement du développement. Le groupe prêteur coordonné par la SFI comprend 11 institutions de financement du développement et quatre banques commerciales coordonnées par la banque Attijariwafa du Maroc. La Banque mondiale a consenti une garantie partielle du risque.
  • Impact en matière de développement: Nachtigal s’inscrit dans la mise en œuvre du plan de développement du Cameroun pour favoriser la viabilité du secteur de l’énergie et l’accès à l’électricité. L’ouvrage produira en moyenne près de 3 000 GWh par an, ce qui permettrait de couvrir 30% des besoins énergétiques du pays. L’électricité produite sera vendue à l’opérateur national actuel, à un prix compétitif, au bénéfice des consommateurs camerounais et du développement économique et industriel du pays. D’importantes retombées économiques sont attendues, avec notamment la création de près de 1500 emplois directs pendant la phase de construction, dont 65% d’emplois au sein des populations locales et plusieurs emplois permanents au terme du projet en 2023.

Kigali Innovation City

En novembre 2018, Africa50 a signé un accord (Term Sheet) avec Rwanda Development Board (RDB), portant sur l’octroi de droits exclusifs pour travailler avec RDB sur le développement, le financement, la construction et l’exploitation de certaines composantes du projet Kigali innovation City. (KIC) Composante clé du programme du gouvernement rwandais Vision 2020, KIC hébergera des universités, des complexes commerciaux et hôteliers, sur une superficie de 70 hectares. Son objectif sera d’attirer au Rwanda des entreprises de technologie, des experts et étudiants du monde entier, afin de créer un écosystème d’innovation susceptible d’impacter l’ensemble du continent africain.

KIC ambitionne de créer plus de 50 000 emplois et générer plus de 150 millions de dollars américains en exportations de produits et services TIC annuellement, tout en attirant plus de 300 millions de dollars américains d’investissements directs étrangers. Ses universités devraient produire plus de 2600 diplômés chaque année, pour rejoindre le vivier de compétences et de techentrepreneurs rwandais et africains.

Kinshasa and Brazzaville Rail-Road bridge

En marge du Forum Africain des Investissements (Africa Investment Forum), la Banque africaine de développement et Africa50 ont signé le mercredi 7 Novembre un accord cadre avec la République Démocratique du Congo et la République du Congo portant sur le développement et le financement du premier pont rail-route reliant leurs capitales – Kinshasa et Brazzaville. L’accord définit les termes selon lesquels Africa50 et la Banque africaine de développement pourraient développer et financer le projet sous la forme d’un partenariat public-privé (PPP). La Banque agirait en tant que pourvoyeur de la dette sous l’égide de la Communauté économique des états d’Afrique centrale (CEEAC). En tant que développeur du projet, Africa50 dirigerait la phase de développement du projet, aiderait dans la sélection du partenaire stratégique et pourrait fournir des capitaux aussi bien pour la phase d’amorçage que la phase de construction.

Ce projet emblématique figure dans le Plan d’Action Prioritaire du Programme pour le Développement des Infrastructures (PIDA), et consiste en un pont à péage de 1,575 kilomètres de long, au-dessus du fleuve Congo. Il comprendrait une voie ferrée, une route à double ligne, des passages piétons et un poste de contrôle frontalier de chaque côté. Il est prévu qu’il soit connecté aux infrastructures routières existantes dans chaque pays. Son coût était estimé à 550 millions USD en 2017. Le pont améliorerait le réseau de transport entre Kinshasa et Brazzaville. Ces deux capitales les plus proches du monde sont actuellement uniquement reliées par des bateaux. Une fois le pont complété, le trafic actuel estimé à 750 000 personnes et 340 000 tonnes de marchandises par an, devrait atteindre 3 millions de personnes et 2 millions de tonnes de marchandises d’ici à l’horizon 2025.

Follow this link for information on the Africa50 Innovation Challenge

L'Afrique est tout simplement fatiguée d'être dans l'obscurité. Il est temps de prendre des mesures décisives et écrire une nouvelle page: Electrifier l’Afrique - et d'accélérer le rythme de la transformation économique, libérer le potentiel des entreprises , et de conduire l'industrialisation bien nécessaire pour créer des emplois

Dr Akinwumi Adesina, Chairman of Africa 50

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.